Pour changer un peu de registre avant que je trouve le temps et l’énergie de terminer les « gros » sujets que j’ai entamés (avec, notamment, la troisième partie « d’itinéraire d’un inspecteur du travail »), un petit inventaire à la Prévert de ce qui me plaît et me déplaît dans mon métier.

Je vous le livre un peu comme il m’est venu, donc avec ma subjectivité et sans souci de hiérarchisation. Tout n’est bien sûr pas à prendre au premier degré, mais l’exercice est moins superficiel qu’il n’y paraît !


Ce que j’aime :

– Quand les contrôleurs m’emmènent dans les petites boîtes

– Les syndicalistes qui osent aller devant les tribunaux

– La jurisprudence

– Arriver à peser sur le contenu d’un plan de sauvegarde de l’emploi

– Quand on me sollicite sur des sujets pointus

– Les enquêtes un peu fouillées

– Les collègues qui me font partager leurs expériences

– Que les gens se sentent mieux en sortant de mon bureau

– Les contrôles où on s’explique posément et sans détours

– Mon indépendance

– Terminer une enquête en réunissant toutes les parties autour d’une table

– Les Procureurs qui s’intéressent au droit du travail

***

Ce que je n’aime pas :

– Les réunions de service

– Les syndicalistes qui racontent partout que je ne fais rien

– Les grilles de contrôle

– Servir d’alibi en cas de plan social ou de grève

– Qu’on m’appelle pour calculer une indemnité de licenciement

– Les lettres d’obs. qui ressemblent à un copier-coller du Code du travail

– Les collègues qui croient que le monde du travail se limite à l’industrie

– Que les gens sortent de mon bureau en ayant l’impression de n’être pas plus avancés

– « Vous avez rendez-vous ?! » en guise de phrase d’accueil

– Le management par objectifs

– Être instrumentalisé

– Les Procureurs qui n’assument pas leurs classements sans suites

… A bientôt pour développer certains points 🙂

Publicités